La newsletter de ProCork

L’alliance de la Technologie

et de la Tradition

Juillet 2020

L'ANALYSE MOLÉCULAIRE SCIENTIFIQUE CONFIRME L’ANALYSE SENSORIELLE DU VIN

ET

CAPACITÉ DE PROCORK À PROTÉGER LE VIN CONTRE LE TANIN DE LIÈGE NÉGATIF

En mai de cette année, nous avons été alertés d'une différence significativent avérée dans un Chablis 1er cru Fourchaume 2018, qui était mis en bouteille avec deux bouchons techniques micro-granulés différents. L'une avait la membrane polymère semi-cristalline ProCork protégeant le vin du contact du liège et de la colle et l'autre utilisait la principale marque de liège technique sur le marché qui n'était pas protégée.

Le dégustateur était Jean-Marc Quarin, critique de vin bien connu, indépendant et influent à Bordeaux. Il a la réputation de publier fidèlement l’évaluation de ce qu'il y a dans la bouteille que le consommateur achète. Jean-Marc Quarin est le seul critique au monde à publier des commentaires sur le vin et qui identifient ce que produit le bouchon qui est si intime avec le vin depuis si longtemps. Depuis plus de 25 ans, il soulève régulièrement l'énorme problème de la différence d'une bouteille à l'autre dans les vins de Bordeaux les plus connus et les plus chers. Depuis 2004, il écrit également des commentaires sous le titre qu'il a nommé «Le liège, la dimension ultime du vin». De plus, Jean-Marc Quarin a créé une méthode de dégustation appelée " la bouche avant le nez". Il apprend à reconnaître les descripteurs de bouche responsables de la qualité et du style du vin.

 

Jean-Marc Quarin a évalué ce vin qui avait été mis en bouteille 6 mois auparavant, donc par intérêt, il a fait un certain nombre de dégustations à l'aveugle, professionnelles, sur différentes périodes. Dans ses conclusions, Jean Marc Quarin a noté un effet significatif des tanins sur le vin en contact avec le bouchon non protégé. Cela a entraîné une perte de gras et de sensations carresantes en bouche, une amertume et une acidité accrues. Nous avons mandaté SENSENET, un laboratoire sensoriel de parfum indépendant à Paris, pour réaliser une analyse des différences moléculaires des deux vins.

SENSENET a confirmé l'observation de Jean-Marc Quarin par le résultat d’une augmentation des tanins dans le vin non protégé, en mesurant une augmentation de 25%. Cela démontre à quel point même une petite interférence liée aux tanins de liège peut affecter la qualité du vin et cela confirme les commentaires du Wine Critic, Jean-Marc Quarin.

Vous pouvez lire le rapport ici .

Contact : Stéphane Renié

 

06 76 39 36 96    

Bordeaux                                       www.procorktech.com        email: procork@procorktech.com

​​

© 2020 Procork Pty Ltd